jeudi 20 octobre 2011

Sæll. Hvað segirðu gott?

L’ennui au travail est une vraie plaie.

Je te jure que ce n’est pas que le bonheur que tu penses, toi qui es débordé et qui ne prends de pause que pour pisser (deux fois par jour), aller chercher un wrap poulet sauce césar au monop’ d’en face (une fois par jour), faire une réunion avec ton chef qui te hurle ton incompétence avec force postillons (une fois par semaine) et lire ma merrrveilleuse prose (une fois tous les deux jours mais uniquement en mangeant ton sandwich) (ce qui n’est pas très bon pour la digestion) ( et je ne voudrais pas être responsable de ton futur ulcère) (et j’aime les parenthèses).

Nan vraiment ne rien faire 8h par jour n’est pas quelque chose de drôle.

Oh bien sûr, au début c’est drôle, tu te mets à jour, tu vas sur les sites que tu as délaissés pendant plusieurs semaines, tu vas regarder les photos de vacances de tes anciennes copines de lycée bonnasses sur Facebook, tu fais des pauses-déjeuners à rallonge, et puis tu pars tôt.

Mais quand tu n’as RIEN à faire depuis des mois… C’est une autre histoire. Les sites, les blogs, les commentaires Facebook de tes potes tu les suis en direct-live, et à peine jetés sur la toile tu as déjà liké. Tout. Même les photos du dimanche en famille de ton maître de stage. Même le nouveau mec de ton ex qui lui roule des galoches dans votre pub préféré. Le centième de seconde que tu mets à cliquer sur le petit pouce… C’est déjà ça de gagné.
Et puis tu pars tard parce que tu culpabilises un peu de voler ton salaire. Un vieux reste d’éducation judéo-chrétienne.
Entre temps tu t’occupes de manière de plus en plus étrange et fébrile. Tout pour passer le temps.
Dans ma boîte, nous avons tous développé des manies dignes des plus grands psychopathes geeks de la planète.

Logorrhée, lorsqu’elle ne monologue pas à côté de quelqu’un (ce qui est TRÈS différent de parler AVEC quelqu’un), soit environ deux heures par jour dans ses grands moments d’isolement, achète des produits bios par douzaines sur tous les sites possibles et imaginables.
Notre bureau est un mélange d’une annexe de la Poste et d’une réserve de Naturalia.
À force de boire du sirop d’agave par litres et boulotter des kilos de graines, j’ai peur que des feuilles lui poussent. Si seulement elle pouvait avoir une branche en travers de la gorge… Un peu comme un brochet qui aurait avalé un hameçon… Aah… *soupir de bonheur*…

Pardon, je digresse.

La Sorcière est passée maître dans l’art du démineur et du solitaire. Ses scores sont impressionnants. J’hésite à lui proposer de passer à WoW. Y’a des chances qu’avec sa haine légendaire elle dégomme la plupart des boutonneux qui y passent leurs journées.

Mon chef passe sa vie sur Facebook à se rajouter des copains, il pense certainement que plus son nombre d’amis augmente, moins il sombre dans la dépression. Ce qu’il ne voit pas c’est que ses cernes descendent sur ses joues au même rythme que son moral.
Je le revois nous dire il y a à peine six mois que jamais il ne tolérerait que ses enfants deviennent des accros à l’écran. Mais l’ennui excuse tout et Facebook est bien pratique pour faire semblant d’être très concentré.
Et comme il devine que nous ne sommes pas dupes, il organise des réunions à 9h00. Pour cacher la misère.


Quant à moi, j’harcèle Pamela avec les menus accidents de mon existence, comme si l’obligation formelle de lire mon blog ne suffisait pas à cette pauvre enfant à la poitrine généreuse.
Je lui raconte tout de ma vie. Elle pourrait dire mieux que Monsieur patate comment j’aime mon café, comment j’étais habillée hier, ce que j’ai fait il y a 15 jours et quelle pilule je prends.
Des fois je ne sais plus qui appeler « mon amour ». Alors je les appelle tous les deux « grosse biatch » ; c’est plus simple.

À côté de ça j’ai développé une addiction à mes stats de blogs. Mon humeur varie en fonction de la courbe des visites et du nombre de commentaires. Je rafraîchis frénétiquement la page toutes les 10 minutes et vais visiter toutes les pages qui ont mené à la mienne.
J’ai d’ailleurs pu surprendre des discussions sur des forums (moi aussi j’aime quand tu m’aimes Geekmund) et des blogs qui butassent.
Mais tout ça ne m’occupe pas complètement, même avec des pozclopes, même avec des pozfnac et des achats compulsifs quotidiens sur internet (tous mes cadeaux de noël sont faits, c’est dire)…

Non, rien de tout ça n’empêche l’ennui de me dévorer la cervelle, de la liquéfier, de me faire perdre mon latin. À ce rythme, dans deux mois, je parle presque comme un chanteur de rap français (facile celle-là)…
Je suis prête à tout pour faire passer le temps. À tout.




Tout ça pour dire.
J’apprends l’islandais.

13 commentaires:

  1. Mais comme je me reconnais dans cet article!
    Est-ce que tu connais ce site :
    http://www.je-m-ennuie-au-travail.com/
    C'est pour dire, j'ai été jusqu'à chercher "je m'ennuie" dans google pour combler cet ennui!
    Sinon j'achète des chaussures et des fringues que je fais livrer au bureau et je raconte ma vie à mes collègues!
    Je ne suis pas payée à rien faire, je suis payée à chercher diverses méthodes de lutte contre l'ennui!

    RépondreSupprimer
  2. Sköll offenstruuut ?
    Ah mais non, chuis bête : c'est du suédois !

    RépondreSupprimer
  3. Déjà, on se détend sur les joueurs de WOW, merci ^^ (tous ne sont pas boutonneux, et ado...)
    De deux : comment dire... ça t'a plu mon concert jeudi ? ^^
    De trois : c'est petit... j'avoue.
    De quatre : devenir accro à ses stats et à ses commentaires, a tendance à rapidement influencer sur la qualité des notes, ne tombe pas dans ce raccourci de "plus je poste, plus j'aurais des visites". Limite va poser des comms sur ts les blogs amis mais ne te mets pas à poster à foison, j'ai fait cette erreur dans le temps...
    De cinq : il t'a pas encore rajouté en ami (ton profil de bloggeuse) sur FB, ton boss ? ^^

    RépondreSupprimer
  4. Mlle DETAILS : Je m'en vais aller jeter un coup d'oeil immédiatement à ce site qui me "parle" huhu.

    DAMIEN : Il ne peut plus rien m'arriver d'affreux maintenant...

    YEMMIP : Ok j'ai carrément zappé a cause des coups que j'ai bu ce soir là chez la maman de Gamelle. Sorry. Je te pays une bière quand tu veux pour m'essquezer... ahem.

    Et non je ne pense pas tomber dans le "je poste plus pour gagner plus" mais à vous de me dire..;

    Et non mon chef ne connait pas le blog... heureuuuuuusement.

    RépondreSupprimer
  5. Ceci dit, je plussoie moultement ton billet : à la longue, l'ennui au boulot est une vraie plaie.
    Mais il est aussi salutaire pour la santé, car comme le chantait l'autre "le travail c'est la santé, rien faire c'est la conserver / les prisonniers du boulot font pas de vieux os..."

    love et glandouille éhontée

    RépondreSupprimer
  6. J'en prends note.
    J'appliquerais ça dès que j'aurais un boulot.
    Au fond, c'est quoi la différence avec le chomedu ?



    Sven L., connais par cœur tout les MG

    RépondreSupprimer
  7. J'adore absolument, je suis trop contente d'avoir découvert ce blog!!!! Bon, cette ennui au travail; c'est tout bénef pour nous lecteurs en tout cas.
    Et qui disait ça déjà ? Trop payé pour ce que je fais, mais pa assez pour ce que je m'emmerde ?

    RépondreSupprimer
  8. Putain moi qui ai connu la glandouille sévère au boulot, maintenant j'ai vraiment du taf à faire... Chaud la transition...

    J'en viens à t'envier Mlle O. (déjà que j'enviais ta prose...)

    RépondreSupprimer
  9. héhé, je ne connais pas encore ça, je commence à peine à bosser et ya de quoi.

    Par contre je peux te proposer une activité au renouvellement illimité, chronophage, cérébralement motivante et avec lequel tu peux même gagner de l'argent :

    Joue en bourse !

    Bon avant de jouer apprends à comprendre, hein sinon ça va bouffer plus que tes achats compulsifs

    RépondreSupprimer
  10. Ouais, quand t'arrive pour la sixième fois de la journée sur un blog et que non, il n'y a toujours pas de nouveau post, tu sens que tu touches le fond...
    (Mais dis-moi, si tout le monde s'ennuie, kicèki fait tourner la boite ?)

    RépondreSupprimer
  11. Ouh là là !! Je connais ce sentiment!! Pour résumer, je travaille dans une bibliothèque municipale d'une commune de 800 habitants!! Je travaille seule!!!La première année, je l'ai créée donc beaucoup de boulot, challenge, stress, défi!! 2ème année, année d'ouverture, beaucoup d'inscription du à la nouveauté donc du boulot, 3 ème année, les gens déménagent, changent de vie, n'ont plus le temps de lire donc beaucoup plus calme!! Il y a des jours où je ne vois personne!! Eh bien, une bibliothèque sans lecteurs est très très silencieuse!! J'ai des choses à faire mais ça ne me botte plus, donc plus de motivation donc je m'emmerde!! Alors quand je lis cette page, jme dis ouf, je ne suis pas la seule!!^^
    Alors bon courage et je vais m'occuper en relisant tes autres posts!!!

    RépondreSupprimer